GP3A/Bégard – « Helpteam », la CJS vs 2018 soutenu par le « Club des Kalon EAG »

Date de l'évènement: 
Mercredi, 11 Juillet, 2018

Mercredi 11 juillet (2018), dans la salle des fêtes de la MJC, les 11 jeunes coopérants de la CJS(1) de Bégard ont lancé leur entreprise estivale en présence de leurs familles et de membres représentatifs de leurs partenaires. Coprésidé par Clémentine Jouan et Evan Berthelot, c'est tout d'abord le second qui a présenté le projet « Helpteam » et les origines ...

... de la CJS [NDLR : Pour plus d'informations, lire La CJS du Pays de Bégard remet le couvert pour la quatrième fois] avant de laisser la parole à Achille Bescont qui s'est chargé de présenter les objectifs  - "10 contrats par personne et rémunération de 200€, se rendre utile en mettant nos capacités en œuvre pour favoriser la cohésion de groupe, apprendre à gérer une entreprise en acquérant de nouvelles connaissances et de l'expérience sur le monde du travail, savoir communiquer au sein d'une groupe et avec des professionnels" – avant de laisser la parole à son tour à... "à moi-même car c'est encore à moi..." déclare-t-il sans se démonter, car il lui revenait aussi d'expliquer l'organisation de la CJS en comités - exécutif, marketing et commercial, ressources humaines et Finances – pilotés par des référents qui bougeront sans doute dans le cours de l'été. Tour à tour, Clémentine Jouan, Stan Pesenti, Achille Bescont et Audrey Hadjadje interviennent pour expliquer la teneur du comité dont ils sont les référents – respectivement : exécutif, marketing et commercial, ressources humaines, finances – avant que la coprésidente de « Helpteam » intervienne en final pour remercier l'ensemble des partenaires de la CJS.

Le premier à intervenir parmi ces partenaires c'est le « Club des Kalon EAG » avec son président Bégarrois, Arnaud Toudic qui présente le mouvement Kalon, émanation de l'Entreprise « En Avant de Guingamp » (alias EAG) pour permettre aux supporters de devenir actionnaires du club, et pas seulement d'un point de vue financier, mais aussi en tant que supporters actifs, "un peu comme une fondation", dit le président Toudic et qui ajoute : "Ils espéraient avoir 7.000 actionnaires et aujourd'hui, on est 15.206 Kalon dans le monde entier. Le prix de l'action était de 40€ et le club a collecté plus de 600.000 euros qu'il a réinjectés dans le Capital du club, ce qui fait que le « Club Kalon EAG » est le premier actionnaire de « En Avant de Guingamp » à hauteur de 6.50% du Capital". Il précise qu'EAG, c'est 140 actionnaires, toutes des entreprises, "et c'est pour cela que le projet de la CJS a retenu l'attention et obtenu le soutien du « club des Kalon EAG » ; Ce sont des jeunes qui se lancent cet été pour créer une micro entreprise - c'est une vocation éducative – et on s'est dit que dans 5 ans, 10 ans, certains d'entre eux auront - peut-être - créé une société et pourront - peut-être - devenir partenaires de l'EAG comme le font beaucoup d'entreprises du bassin de Guingamp". Pour la secrétaire du « Club des Kalon EAG », Laëtitia Fourrier, "ce projet c'est du savoir-être. Je sais que les jeunes ont du mal à travailler en entreprise – Je travaille moi-même en entreprise - mais la CJS leur permet de se mettre au pas pour travailler que ce soit en marketing, en ressources humaines, en production ; C'est s'ouvrir au monde plutôt que de passer l'été seul chez soi".

La CJS : "Un projet fabuleux"

Pour Vincent Clec'h qui déclare ses deux casquettes – celle de maire de Bégard et de vice-président de GP3A(2) – c'est au titre de la deuxième qu'il déclare : "on a versé une subvention de 7.000€ ; Elle a été doublée cette année puisqu'il y a eu une difficulté de montage financier". Il rappelle que l'une des priorités du territoire, est l'emploi et la formation de la jeunesse et c'est pourquoi GP3A a tenu à accompagner ce projet. Pour lui, la CJS, c'est un "projet fabuleux" ; "Ce sont des jeunes de moins de 18 ans et nulle part ailleurs ils n'ont eu un apprentissage à l'entreprenariat. Cela permet d'avoir des notions et en plus, c'est une coopérative et cela leur donne des valeurs de solidarité associées à la jeunesse. Ce sont des valeurs fondamentales... de belles valeurs. Pour les jeunes, c'est un bon départ". S'il reconnait que 200€ de revenu, c'est peu, pour lui, le plus important n'est pas dans cette dimension pécunière : "Ce qu'ils vont apprendre cet été est bien plus important que ce qu'ils vont toucher financièrement". Il espère que ce projet se multipliera sur le territoire costarmoricain et breton, et il encourage les jeunes coopérants à faire du prosélytisme : "Lorsque vous retournerez à 'école, au lycée, ou en fac, il faudra parler des fondements de la CJS et peut-être que plus tard vous serez à notre place, ici, pour aider d'autres jeunes et si un jour, vous êtes patrons, peut-être donnerez-vous du travail à une CJS".

Les CJS : un dispositif fragile du fait des financements requis.

Cinderella Bernard, en qualité de Conseillère Départementale, se réjouit du maintien de la CJS de Bégard sur le territoire ; "Elle a failli ne pas être maintenue pour un problème de finance, ce qui peut nous interpeller sur la pérennisation d'un tel dispositif". Elle apporte quelques précisions : il existe 47 CJS en France et 10 sur la région Bretagne dont 6 dans les Côtes d'Armor. Pour les Côtes d'Armor, cela représente 77 coopérants cette année et le Conseil Départemental a mobilisé une enveloppe financière de 27.000€. "La CJS permet aussi d'établir un lien de confiance entre la population et les jeunes, poursuit la Conseillère Départementale, de donner un autre regard, de découvrir que l'on peut espérer beaucoup de la jeunesse et de compter sur eux pour du repassage, du jardinage, de la garde d'enfants ; C'est recréer ce lien qui s'est perdu au fil des ans et qui fait qu'on s'individualise de plus en plus". "Ce dispositif est prometteur", conclut Cinderella Bernard avant de féliciter les jeunes pour leur présentation : "c'était dynamique, un vrai travail a été fait et on voit que vous êtes sérieux" ; Elle félicite les animateurs – Claire Imbert et Elouan Végeant - les familles – "qui ont encouragé les enfants à aller vers ce dispositif et qui permettent leur mobilité" – et elle souligne l'importance du « Club des Kalon EAG » et de GP3A.

C'est la co-présidente Clémentine Jouan, qui clôture la partie officielle du lancement de la CJS ; Elle n'oublie pas de remercier à son tour Intermarché et Netto "qui nous ont fourni de quoi faire les crêpes et le pot de ce soir" et de rappeler la présence en salle de boîtes à dons, "pour financer des petits équipements comme des raclettes pour les vitres". Avant d'inviter l'assistance à ce pot, elle remercie tous les autres partenaires financeurs : GP3A, « Club des Kalon EAG », l'ADESS(3), la MJC du Pays de Bégard, Etudes et Chantiers, CAE(4) Avant Premières, Conseil Départemental du 22, CAF(5), Groupama et Crédit Agricole.

----------------------------------------------------------

Cette année, la CJS - « Helpteam » est constituée de 11 jeunes coopérants venus de communes diverses ; Ils ont pour noms :  Evan Berthelot (Berhet), Achille Bescont (Pabu), Juliette Clausse (Pedernec), Diégo Dragh (Guingamp), Clémentine Jouan (Bégard), Audrey Hadjadje (Bégard), Célestine Lascaux (Saint Laurent), Frédéric Laborde (Pluzunet), Stan Pesenti (Gurunhuel), Léo Salliou-Cottin (Guingamp) et Méline Simon (Belle Isle en Terre).

Pour toute demande de prestation, les joindre au 06.47.53.71.13 ou leur écrire à contact.cjsbegard@gmail.com ou se rendre à la MJC du pays de Bégard, 15 rue de Guingamp, 22140 Bégard

-----------------------------------------------------------

Notes : (1) CJS : Coopérative Jeunesse de Services – (2) GP3A : Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération – (3) ADESS : Association de Développement de l'Economie Sociale et Solidaire – (4) CAE : Coopérative d'Activités et d'Emploi – (5) CAF : Caisse d'Allocation Familiale

Partagez cet article