GP3A – Maternité – Montée en puissance des soutiens contre la fermeture [Video News]

Date de l'évènement: 
Samedi, 30 Juin, 2018

Samedi 30 juin (2018) – Pour la troisième fois depuis le premier rassemblement en début mai [NDLR : Manifestation pour faire avorter le projet de l'ARS (Vidéo) & La fermeture de la maternité de Guingamp déclenche un tsunami rouge et noir], Guingamp a vibré sous les pas d'une foule venue, à l'appel du Comité de Défense, des syndicats, des associations et des élus des territoires de GP3A(1) et de LAC(2), protester ...

... contre la fermeture annoncée de la maternité. Quoique suspendue, la décision de l'ARS(3) reste menaçante et ce samedi, ils étaient plus de 3.000 pour montrer leur volonté de voir perdurer au sein de l'hôpital, ce service de gynécologie-obstétrique par lequel sont passées plus de 500 mamans en 2017. Bien que favorable à la fermeture de la maternité, le Député de Guingamp, Yannick Kerlogot, était présent au rassemblement – mais pas dans le défilé qui a suivi – à la quête d'informations factuelles auprès de personnels avec lesquels il a échangé, "vivement parfois" selon son propre aveu. Sur son compte Facebook, il a regretté de n'avoir pas pu prendre la parole et il rappelle que "nous sommes animés d'une volonté de faire vivre notre territoire", que "les compétences des personnels ne sont nullement remises en cause", que le manque de médecins consécutif aux diverses limitations du Numérus Clausus, "qui a fait baisser drastiquement le nombre de postes dans les années 90 pour limiter le nombre de consultations et de ce fait le nombre de remboursements de la Sécurité Sociale à un moment où elle présentait ses premiers déficits sérieux" , reste le problème essentiel |NDLR : Comme si la baisse du nombre de médecins pouvait entrainer une baisse du nombre de malades !?], que ce manque de médecins "pose désormais le problème de la sécurité", que "la permanence des soins est coûteuse en temps médical" et que le défi a relever est "de faire aussi bien avec moins de médecins".

Bien entendu, du côté des personnels de l'hôpital, les avis sont autres et c'est en breton – pour marquer sans doute l'ancrage de l'hôpital dans son territoire – et en français, que Malwenn et Adèle se sont exprimées après avoir été annoncées par le Docteur Hélène Guichaoua qui dirige la maternité. "Merci à vous, usagers, familles, associations, élus et syndicats, d'avoir compris, par une mobilisation massive, la nécessité de nous faire entendre par les pouvoirs publics" traduit Adèle, la sage-femme ; Depuis une semaine on nous annonce une suspension mais sans caractère officiel et nous, nous demandons une annulation de cette décision injuste et injustifiée de fermeture au 31 janvier 2019. Nous réclamons le renouvellement de notre autorisation de fonctionnement". Elle interroge : "Pourquoi invoquer le problème de la sécurité alors que notre accréditation est validée par la haute autorité de santé depuis 2017, que nous fonctionnons avec une équipe stable de 4 gynécologues-obstétriciens-anesthésistes et une liaison et présence pédiatrique depuis 20ans avec Saint-Brieuc".  Elle rapporte que les projets de l'Etat sont de développer les hôpitaux communautaires avec un accès aux soins de proximité et qu'Edouard Philippe, le 1er ministre, a annoncé que la promotion de la santé et la prévention constituaient les premiers axes de la stratégie nationale de santé 2018/2022 du gouvernement, tandis que la ministre de la santé", Agnès Buzyn, parlait d'inégalités inacceptables... "Alors, oui, Guingamp est un hôpital de proximité ! Oui, accoucher à Guingamp est un droit de pleine santé" lance Adèle ; Le territoire de Guingamp est en zone rouge sur la carte de l'ARS en alerte aux déserts médicaux, alors comment concevoir la fermeture d'un service de soins primordial qui risque bien évidemment de fragiliser tout l'hôpital et toute l'offre de soin" et de conclure : "Défendons notre service public de santé", en doutant de la capacité de l'hôpital de Saint-Brieuc d'accueillir toutes les patientes de la maternité de Guingamp tout en gérant les urgences, "parce que la sécurité, c'est aussi de prendre le temps de s'occuper des patientes. Nous sommes réellement inquiets de cet avenir dont nous ne voulons pas".

Ce jour-là, la maternité de Guingamp était remplie et trois naissances y ont eu lieu ! Enfin... presque... Deux dedans et une dehors, au rond-point d'entrée de l'hôpital. La petite Jade, venue en voiture de Gommenec'h, à 20 minutes (15 km) de la maternité, était impatiente ! Il lui aurait fallu 33 minutes pour rejoindre Saint-Brieuc. Elle serait née sur le bord de la D6, quelque part entre Tréguidel et Trégomeur.

C'est dire combien cette proximité est importante et Adèle annonce les prochaines actions : organisation chaque jeudi, de réunions ouvertes à tous pour prévoir les actions de mobilisation - la prochaine aura lieu à Pabu – présence sur de nombreux évènements - course de l'Ours, Galoupadenn, Saint-Loup, Vieilles Charrues, Paimpol et lors du Tour de France - réalisation d'un mur de photos de bébés nés à Guingamp et un clip vidéo. "Nous avons besoin de témoignages d'hommes ou de femmes, parents ou futurs parents, usagers, se sentant lésés par la décision de l'ARS et souhaitant témoigner de la qualité des soins dispensés" lance Adèle qui clôt le chapitre des déclarations en lançant : "Nous continuerons la mobilisation jusqu'à la signature officielle de l'annulation de la fermeture de la maternité. Quand on se bat, on peut perdre ou gagner mais quand on baisse les bras, on a la certitude de perdre" avant de rejoindre ses collègues de la maternité pour une première flash-mob – il y en aura trois - et un défilé dans les rues de la ville, mamans, enfants et poussettes en tête d'un cortège musicalement accompagné par le bagad Gwengamp. Le cortège s'est dissout dans le jardin public où buvette, petite restauration, maquillage et jeux pour les enfants et fest-deiz avaient été organisés.

-------------------------------------------------------------------

Notes : (1) GP3A : Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération – (2) LAC : Leff Armor Communauté – (3) ARS : Agence Régionale de Santé

Partagez cet article