Bégard – Maisons Le Baher & Bodiou – Chantal Rouzioux enfonce le clou !

Date de l'évènement: 
Mercredi, 11 Avril, 2018

Mercredi 11 avril (2018), à 7h15, Chantal Rouzioux, la chef de file de Bégard A Gauche Autrement (BAGA) – l'opposition municipale – a souhaité que soit diffusé le communiqué ci-dessous. Il est en rapport avec le débat que nous avons déjà retranscrit en détail [NDLR : Voir Conseil Municipal – "La politique sociale a ses limites" (BAGA)] et ...

... de ce fait largement redondant. Mais nous respectons la volonté des élus de l'opposition, comme nous respecterons le droit de réponse de la majorité, même si la lecture dudit article ci-devant évoqué peut déjà en être un.

Avertissement 1 : Dans ce communiqué, afin de préserver une certaine qualité rédactionnelle, nous nous sommes permis d'apporter quelques correctifs tout en préservant la version originale de celui-ci.

Avertissement 2 : Selon le texte de la délibération mise aux voix lors du Conseil Municipal, le coût d'acquisition en juin 2013 des maisons, par l'Etablissement Public Foncier (EPF), n'est pas de 272.695,02€ mais de 255.000€. Le prix de 272.695,02€, c'est le prix de revient HT des biens à ce jour, auquel il faut ajouter une TVA de 3.539€ calculée sur la marge - soit 272.695,02 (prix de revient à ce jour) – 255.000€ (prix d'achat en 2013) - pour arriver au prix final indiqué de 276.234,02€ttc.

 

Communiqué des élus de BAGA

«

Une politique sociale : oui mais à quel prix ?

Si l’ordre du jour du dernier conseil municipal concernait le budget, le point d’achoppe d'achoppement a porté sur l’une des délibérations concernant l’acquisition d’emprises foncières : les maisons d’habitation Le Baher et Bodiou et les parcelles afférentes.

En juin 2013, la commune sollicite l’Etablissement Public Foncier de Bretagne (EPF EPFB) pour l’acquisition de ses ces biens immobiliers. Cet organisme public en charge de mettre en place le portage foncier pour aider les communes ayant des projets mais pas les moyens financiers, a donc réalisé cet achat au prix de 272 695.02 €.

En Avril 2018 : Le conseil municipal demande à l’EPF la revente de ses ces biens à la commune. Un acte nécessaire a réalisé réaliser dans les 5 ans. Prix : 276 234.02 €

En 2018, 2019, 2020 ? La commune revendra ses ces biens à Côtes d’Armor Habitat, bailleur social au prix de 1 €.

De plus, la commune se chargera de la viabilisation et aménagement aménagements divers pour le profit de ce même bailleur. Prix 300 000 € environ. En plus du prix d’achat

Coût total aux environs de 600 000€ : cadeau de la commune à un bailleur social.

La majorité actuelle justifie cette opération immobilière comme une politique sociale de réhabilitation, de réaménagement et de densification de son centre –ville.

Cette même majorité argumente l’accueil de nouveaux arrivants (De nouveaux habitants vont pouvoir s’installer) plutôt que d’avoir une friche. Mais nous savons que cet aménagement est réalisé pour compenser la perte de logements HLM qui doivent être abattus.

Ce n’est pas une création de nouveaux logements, mais un relogement de Bégarrois installé installés de longue date.

Qu’une municipalité de gauche se préoccupe de politique sociale c’est louable, mais jusqu’à quel point peut-on brader les réserves foncières de la commune ?

Un investissement financier, permettant de développer la politique sociale a déjà été réalisé, par l’achat de terrains revendus aux particuliers avec un prix au mètre carré divisé par 2 ou 3.

L’orientation budgétaire de la commune ne devrait-elle pas se préoccuper de la qualité de vie dans la ville de Bégard et y insuffler un peu de vie et d’animation ?

Pour BAGA

Chantal Rouzioux, Fabien Razavet, Françoise Le Scour, Claudine Scolan, Alain Brunel

»

Partagez cet article