GP3A – Premiers vœux de la jeune Agglomération : aller plus loin, ensemble !

Date de l'évènement: 
Jeudi, 25 Janvier, 2018

Jeudi 25 janvier (2018), en présence d'environ 650 personnes – 800 invitations ont été envoyées - a été soufflée la première bougie de la jeune agglomération GP3A(1). Pour Vincent Le Meaux, c'était aussi la première manifestation des vœux, le premier bilan, et l'exercice ne fut pas simple. En effet, ...

... la veille, Gérard Le Caër s'était brutalement éteint victime d'une crise cardiaque fulgurante. "Cette première cérémonie des vœux est un premier instant particulier pour notre Agglomération puisque nous vivons, avec émotion, la disparition de l’un de ses membres fondateurs, Gérard Le Caër, membre du bureau de l’agglomération en charge du développement durable, a déclaré le président ; Notre collègue Maire de Bégard nous a quittés hier. Un ami, un camarade de route, au grand cœur et à la justesse d’esprit s’en va, soudainement, brutalement".

Un hommage plus appuyé lui sera rendu lors du prochain conseil communautaire.

Comme dans toutes les structures, les vœux, c'est l'occasion de faire le bilan de l'année passée et de se projeter dans la suivante. "En si peu de temps, déclare Vincent Le Meaux, que de chemin parcouru !" et ceci, selon lui, grâce à l'implication de tous les élus et des agents, grâce aux quelques 400 réunions au cours desquelles ont été prises d'importantes décisions, "et à chaque fois, du point de vue juridique, financier et administratif", grâce à un Directeur Général qui, avec son équipe, "s'est appliqué à faire fonctionner chaque jour, sept jours sur sept, 24h/24h cette grande administration qui missionne une centaine de métiers remplis par différents fonctionnaires".

Le pari ne semblait pas gagné au départ, du moins pour certains, qui, dit le président, "médisaient en affirmant que le pari de la fusion à sept intercommunalités n'était pas tenable". Apparemment, il reste encore quelques irréductibles, dont Jacques Mangold et six autres maires de l'ancien territoire de Paimpol, qui ont récemment déposé un nouveau recours devant le tribunal administratif de Rennes en évoquant un "déni de démocratie". Le président Le Meaux s'est donc évertué à montrer que "l'année 2018 s'annonce mieux que 2017 et que 2019 s'annoncera encore plus consolidée".

Une logique de coopération extraterritoriale

Sur ce point, explique Vincent Le Meaux, "l’enjeu est simple ; Il est de faire émerger un pôle de coopération durable sur l’Ouest Breton qui ne se concentre pas uniquement sur la métropole Brestoise et qui existe réellement de Rennes ou Nantes, les deux métropoles aspirées par les dynamiques européennes". Voilà la vision politique de la chose ! Plus simplement, cela s’est traduit par le renforcement de coopération avec la communauté d’agglomération Lannion-Trégor et celles de Leff Armor Communauté et du Kreiz-Breizh afin de mener "de façon concertée et transparente" des actions et des projets communs en termes d'accessibilité, de développement économique et industriel, d'enseignement supérieur et de recherche.

2018 : Plan Com au service du développement économique et touristique

Le président se félicite ensuite qu'aient été écrits en 2017, les premiers principes des politiques d'interventions de l'Agglomération. Il évoque les prémices de la construction d’un schéma de développement économique et touristique en déclarant : "L’agglomération s’inscrit résolument dans la démarche du Conseil Régional de Bretagne et de son Schéma Régional de Développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation (SRDEII)". Pour lui, le tissu économique de l’Agglomération s’appuie sur des secteurs d’activité à fort potentiel tels que le tourisme, l’agriculture et l’ostréiculture, l’industrie agroalimentaire et l’émergence de nouvelles filières autour de l’énergie, l’environnement, le bien-être sanitaire. "Nous devons les mettre en synergie grâce à un regard sur l’avenir orienté sur la recherche et l’innovation". Pour donner un éclairage à ce potentiel de développement, il se félicite de l'ouverture de la maison du même nom : la maison du développement. Il prévoit, avec elle et dès 2018, d'investir le champ du marketing territorial par l’intermédiaire d’un programme d’action articulé autour de l’évènementiel, d’une présence accrue dans les salons professionnels, de l’accompagnement de dispositifs comme « tout vivre en Côtes d’Armor » (NDLR : Plus d'informations ICI), et un médiaplanning qui va nous engager quasiment chacune des 52 semaines de l’année 2018. "A l’horizon 2020, notre Agglomération devra être en mesure de développer des partenariats économiques à différentes échelles pour valoriser les entreprises, leur savoir-faire et faciliter les échanges au travers de réseaux à constituer. Nous pouvons être de vrais facilitateurs pour la création et le développement de l’entreprise".

2018, sera aussi l'année de la mesure du changement ! Ainsi sera mesurée l'efficience du dispositif des aides directes aux entreprises mis en place en 2017 (NDLR : Voir Soutien aux activités commerciales : "mettre du carburant au bon moment"  - Voir Le plan des aides à l'immobilier d'entreprise rendu plus équitable). "L’immobilier et le foncier économique font partie des leviers efficaces pour notre développement économique, lance Vincent Le Meaux; Il faut construire des ateliers relais, et pourquoi pas des ateliers agroalimentaires. C’est une priorité en 2018, sur le secteur paimpolais notamment".

Le tourisme, vecteur d'image du territoire

Intimement lié au développement économique, le Président note l'importance que revêt le tourisme et l'Office Intercommunal de Tourisme « Guingamp – Baie de Paimpol » : "Le tourisme, sur l’agglomération, est le secteur d’activité qui possède un fort potentiel de diffusion de l’image du territoire vers l’extérieur, tout en étant un vecteur de développement économique". Selon lui, c'est "un outil essentiel et judicieux qui va prendre une dimension de plus en plus forte pour la promotion du territoire de l’Agglomération" et d'autant plus en travaillant activement avec les instances départementales et régionales du tourisme dont les trois destinations régionales que sont « Baie de Morlaix – Côte de Granite Rose », « Baie de St Brieuc – Paimpol, Les Caps » et « Coeur de Bretagne - Kalon Breizh ».

"Nous pouvons donc dire que nous avons les atouts, les outils… Désormais, assez de dire, d’écrire, il faut faire".

Plan local d'Urbanisme Intercommunal (PLUi)

Gros morceau de la prise de nouvelles compétences de l'Agglomération, Vincent Le Meaux évoque ensuite le plan local d'urbanisme intercommunal et se veut rassurant : "Soyons assurés que cet outil de planification va permettre de définir une cohérence territoriale, une stratégie et une vision du territoire à travers des priorités d’aménagement […] Nous allons devoir travailler ensemble sur les enjeux de consommation d’espaces, de construction de logements, de mobilité, de développement des activités, de qualité du cadre de vie, d‘environnement". Il explique que cela devra passer par des discussions, des échanges, une clarification et une harmonisation des règles d’urbanisme ; "C’est pourquoi, il est impératif de mener une véritable concertation, voire consultation, qui devra associer, pendant toute la durée de l’élaboration du projet, les habitants, les associations et tous les autres acteurs concernés".

"2018 sera une année d'émulation, de réflexion et si nous avançons bien de décision en la matière".

Plan local de l'habitat (PLH)

Le sujet abordé ensuite lors des vœux du président, c'est le Plan Local d'Habitat, "un autre grand axe de travail pour 2018, car nous sommes tenus, depuis, le 1er janvier 2017, de le réaliser sur l’ensemble du territoire communautaire". C'est selon lui, un grand chantier d’aménagement, structurant le développement du territoire et nécessitant de "fixer ensemble une stratégie rurale et urbaine, littorale et rétro-littorale, pour répondre aux besoins en logements et en hébergement". Pour cela, il faudra tenir compte de l'évolution démographique et économique du territoire, de l'évaluation des besoins des habitants actuels et futurs, de la desserte en transports, des équipements publics, de la nécessité de lutter contre l'étalement urbain et des options d'aménagement déterminées par le futur schéma de cohérence territoriale". "Je le dis avec conviction, lance Vincent Le Meaux, il faut s’appuyer sur nos forces urbaines ; Le besoin de centralités intermédiaires fortes, avec un niveau de services et d’équipements suffisant, est une réalité pour le maintien d’un aménagement équilibré de notre territoire. Nous devrons ainsi prendre en compte cette dimension multipolaire de la présence communautaire dans ses territoires. Guingamp, Paimpol, Bégard, Callac sont des centralités incontournables qui afficheront progressivement la présence, proche et forte, de l’Agglomération". Mais il faudra aussi, ajoute-t-il, "soutenir des opérations de requalification et de revitalisation des espaces ruraux pour maintenir l’offre de services, publics ou privés".

"Cette stratégie d’aménagement communautaire pour notre ruralité, avec ses pôles urbains, concentrera nos efforts dans la définition des outils de planification en 2018, et bien au-delà, puisque ces travaux se dérouleront sur une période de deux, voire trois années"

L'enjeux des mobilités

Pour profiter de l'effet positif de la LGV(2), selon le président Le Meaux, "l’élaboration du schéma de déplacement est désormais indispensable, en donnant les moyens aux habitants, aux acteurs du développement, de se déplacer". Sur ce sujet, le Pôle d'Echange Multimodal de Guingamp reste sur le métier ; Seule la moitié des fils a été tissée : "il reste l’essentiel, la parfaite connexion aux territoires de cet outil fantastique", et 2018 devrait voir le lancement d'une étude d'une zone d'aménagement concertée sur les deux communes de Ploumagoar et Guingamp, "pour offrir un espace de développement permettant les mobilités, même douces, dans un cadre de vie de haute qualité environnementale".

Le très-haut débit… enjeu primordial.

Qualifié de "primordial" au point d'en assumer les coûts, la diffusion de la fibre sur le territoire, est un outil de développement indispensable selon Vincent Le Meaux. C'est un axe budgétaire prioritaire pour les années qui viennent, confirme-t-il, rappelant que dans la deuxième phase (2019-2023), de nouvelles zones seront couvertes avec pas moins de 12.328 prises, financées à hauteur de 5,5 millions d'Euros par la seule Communauté d'Agglomération, c’est-à-dire, sans sollicitation des communes (NDLR : Voir Le très haut-débit aux portes de Bégard… mais il faudra un peu attendre !).

L'Environnement… Un autre plan !

Vincent Le Meaux ensuite évoque le Plan Climat Air Energie Territorial – "encore un chantier lancé et à travailler dans l’année" - qui va nous amener à proposer des actions pour le développement de la production d’énergie : Eolien, hydrolien, et surtout production de Biogaz. Quant à la question de l'eau et de l'assainissement (NDLR : Voir Compétences Eau & Assainissement au 1er janvier 2018 : ça ne coule pas de source !), "la seule prise de compétence au 1er janvier 2019 suffira à remplir notre emploi du temps". "Comme l'énergie, l’eau c’est vital", "lapalissade" le Président pour qui "l’enjeu de la qualité de l’eau, avec la préservation de la ressource et plus généralement la gestion des milieux aquatiques, est un axe fondamental de notre capacité de développement". Pour lui, ne pas prendre en compte cet enjeu, c’est reculer.

Se rapprocher des familles… Penser loisirs et éducation

Vincent Le Meaux dit qu'il faut être fier des anciennes intercommunalités : "Elles ont imaginé et créé des actions innovantes et structurantes sur leur territoire" et s'engage à poursuivre le travail de proximité fait alors, en "travaillant sur la politique en faveur de la petite enfance, de l’enfance de la jeunesse à l’échelle du territoire communautaire". Pour ce faire, une réflexion sur l'apport de l'Agglomération sera engagée. Apport aux communesêtre proche des besoins des famillespenser loisirs et éducation… C'est en ce sens que le président annonce, pour 2018, la construction d’un pôle de service aux Familles sur Belle-Isle-En-Terre, après l’ouverture d’un même pôle sur Pontrieux et le lancement d’une réflexion sur Callac et Bourbriac, "sans oublier la réflexion tant attendue sur la crèche de Paimpol".

Les associations ne sont pas oubliées : "Il est indispensable de conforter le rôle des associations dans la construction de réponses originales et pertinentes aux enjeux du vivre ensemble, de la citoyenneté sur l’Agglomération" et de citer tout particulièrement "l’apport singulier de la MJC de Bégard".

Pour 2018, l'octroi de subventions territoriales aux associations en lien avec les anciens intérêts communautaires sera sans doute conservé, mais le Président annonce qu'en 2019, il faudra "créer de nouvelles règles de partenariat avec les associations". L'exercice 2018 devra permettre de penser de nouveaux partenariats associatifs innovants pour apporter une réponse adaptée aux enjeux des politiques sportives, culturelles et éducatives portées par le monde associatif.

Mais se rapprocher des familles, c'est aussi agir sur l'aide et l'accompagnement à domicile des personnes âgées, fragilisées ou en situation de handicap. "Nous sommes très attentifs à l’évolution de notre service à domicile, le SECAD(3), qui s’inscrit dans le mouvement lancé par le Conseil départemental, de modernisation de ses services (NDLR : Voir Services d'aide à la personne : les négociations sont ouvertes !) déclare Vincent Le Meaux. Le CIAS(4) sera aussi très sollicité cette année et il faudra que nous tranchions la question de l’exercice de la compétence sociale. N’oublions pas que nous gérons un EHPAD(5) à Pontrieux et des services de portage de repas à domicile". Pour ces deux sujets, 2018 devrait voir l'élaboration de "perspectives claires" en fin d’année.

Une agglomération au rendez-vous de son avenir

Pour conclure cette cérémonie des vœux, Vincent Le Meaux tient à souligner "la qualité professionnelle de tous les agents de lanouvelle agglomération". Ils ont su créer des passerelles, dit-il, des liens humains et professionnels.

Il espère que chacun a vu, dans son discours, une "démonstration que l'agglomération est au rendez-vous de son avenir". Il donne des buts à son action de Président -  "chercher sans cesse, abolir les approches stéréotypées qui opposent le Nord et le Sud, le rural – ou le périurbain – et le littoral, les riches contre les pauvres" – et un sens : "approfondir le travail, sur une identité commune, solidaire, sur l’ensemble de notre territoire". En prenant son temps précise-t-il et en se référant au précepte de Paul Bocuse (NDLR : Décédé 5 jours avant) : "Bien faire un travail ne prend pas plus de temps que de le faire mal" et sans nier la diversité qu’apporte chacun des secteurs géographiques du territoire.

"Chacune et chacun porte des atouts précieux ; Chacune et chacun occupe des fonctions spécifiques ; Chacune et chacun hérite d’histoires différentes … Mais tout enrichit notre identité ; Aussi tout doit alors être valorisé et soutenu pour organiser un territoire solidaire et dynamique".

Il propose que 2018 soit l'année du développement, de l’aménagement et de la solidarité, et de conclure : "Seul on va peut-être plus vite, ensemble on va sûrement plus loin".

------------------------------------------------------------------------------------------------

Notes – (1) GP3A : Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération - (2) LGV : Ligne à Grande Vitesse - (3) SECAD : SErvice Communautaire d'Accompagnement à Domicile - (4) CIAS : Centre Intercommunal d'Action Sociale - (5) EHPAD : Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes

Partagez cet article