Bégard – Troisième année bénéficiaire pour la M.J.C malgré un contexte bousculé

Date de l'évènement: 
Samedi, 9 Décembre, 2017

Samedi 9 décembre (2017), Julie Tircot, la directrice depuis le 1er avril 2017, a procédé à l'ouverture de l'assemblée générale de la M.J.C du Pays de Bégard, sa première pour elle à ce poste, la 49ème depuis la création en 1968 de cette maison "de tous et de toutes, de cet endroit où naissent des idées, où émergent ...

... des projets, de cet espace de citoyenneté visant à permettre l'épanouissement de chacun" dira le président Nicolas Galli dans son rapport moral. Dans la salle, quelques élus de Bégard – Le maire Gérard Le Caër, Yvan Bourdon, Eric Le Floch - la conseillère départementale Cinderella Bernard, Séverine Le Bras, adjointe à la jeunesse à Pédernec, quelques autres membres du Conseil d'Administration et les personnels permanents de la M.J.C. Peu de monde en sorte – il y en eut plus pour le repas qui suivait nous a-t-on dit – mais sans doute faut-il y trouver la raison dans le téléthon qui se déroulait conjointement dans les communes et dans un effet rémanent de la disparition, ô combien médiatisée, de Johnny. Presque trois quarts d'heure après le début, le député Yannick Kerlogot est arrivé, porteur d'une annonce qui avait l'air d'un présent, tel un père noël sans hotte, ni barbe, sans traineau, ni rennes, mais en marche.

Une année 2017 bouleversante pour la M.J.C

Dans son rapport moral, le président Nicolas Galli a souligné le caractère bouleversant de l'exercice passé : "trois de nos salariés ont décidé de quitter notre structure […] après de longues concertations et une étude approfondie des candidatures, Julie Tircot a remplacé Réjane Guiguen au poste de directrice […] nous avons ensuite recruté une nouvelle animatrice culturelle en la personne de Céline Hagimont […] Vincent Merau a remplacé Jennifer Boinet au poste d'animateur enfance et Florian Boscher a remplacé Pierre-Yves Garandel au poste d'animateur jeunesse".

Deuxième fait bouleversant pour la M.J.C en cette année 2017, la décision du gouvernement de mettre un terme au Contrat d'Accompagnement dans l'Emploi – le CAE – jugé inefficace et sans réel impact sur l'emploi, "une décision prise dans la méconnaissance des problématiques quotidiennes des structures comme la nôtre" juge Nicolas Galli. Selon lui, la M.J.C et le milieu associatif utilisaient ce dispositif depuis longtemps "et il a permis à de nombreux bénéficiaires de se former, de se réinsérer, de reprendre confiance en soi et ainsi, de retrouver une place dans la société". A la M.J.C, deux CAE accompagnaient le personnel permanent. "A ce jour, nous avons perdu un des emplois aidés, celui attribué à l'enfance et nous avons jusqu'à fin mars pour trouver une solution pour le deuxième". Il s'est avéré, plus tard dans la réunion, que la solution était d'ores et déjà trouvée.

Comme on dit : « jamais deux sans trois » ! Ainsi, la M.J.C dut aussi s'adapter au changement de territorialité. Pays de Bégard est mort ! Vive GP3A ! Mais, explique Nicolas Galli, "la M.J.C est une association inscrite de longue date sur un territoire, celui de l'ancienne communauté de communes du Pays de Bégard et elle doit donc désormais s'adapter à ces nouveaux changements tout en conservant son intégrité et ses valeurs d'éducation populaire" et d'affirmer : "nous serons vigilants sur ce point et nous rappelons que la M.J.C est, et doit rester, un des acteurs incontournables de la politique enfance/jeunesse, mais aussi culturelle de GP3A. Nous faisons le pari que demain le territoire grandira grâce à ses forces et ses différences". Et ce pari, dit le président, il le fait "car cela fait maintenant 50 ans que la M.J.C rayonne sur le pays de Bégard […] et nous pouvons affirmer que les habitants de ce territoire sont très attachés aux valeurs de notre maison ô combien importantes pour notre société".

La M.J.C aura donc 50 ans en 2018 et les fêter, dit le président Galli, "sera l'occasion de réaffirmer la nécessité d'inscrire les relations qui sont les nôtres, avec les pouvoirs publics locaux et territoriaux, dans un cadre de construction qui mette en valeur l'importance des projets associatifs et de la vie associative".

Après avoir rappelé que la M.J.C, c'est 5 permanents à temps plein, 20 Contrats en Engagement Educatif, 10 animateurs techniciens, deux CAE dont un qui s'est terminé en septembre dernier, et remercié la collectivité "pour son soutien indéfectible" – GP3A, communes, Conseil Départemental, la CAF – les partenaires associatifs, les enfants et les jeunes "qui sont notre avenir" et les adhérents "qui écrivent l'histoire de votre maison", il passe la parole a Sylvain Le Bihan, le trésorier, qui, aidé de Corinne Le Du, la responsable administratif et financier, donne lecture du résultat financier 2016/2017 (NDLR : clôture de l'exercice le 30 septembre) et des prévisions 2018.

Année excédentaire, malgré les difficultés…

Avec 397.441,97€ de dépenses pour 407.062,48€ de recettes, l'exercice 2016/2017 se termine avec un excédent de 9.620,51€. C'est moins que l'année 2015/2016 (+16.385,73€) mieux que l'année 2014/2015 (+6.184,03) et bien mieux qu'en 2013/2014 qui avait été déficitaire de 3.919,76€. Toujours est-il que c'est la troisième année consécutive en excédent, ce qui accroit les fonds propres de l'association (+185.755€) et la prépare à un avenir qu'elle ne connait pas encore avec la nouvelle territorialité. En résumé dit le trésorier : "la situation est saine et rassurante. La trésorerie couvre largement les dettes, elles-mêmes couvertes par les créances".

Ce qui pèse le plus sur les dépenses, comme toujours, ce sont les frais de personnel (257.475,16€) tandis que l'essentiel des produits est alimenté par les subventions (235.604,82€ dont 161.582,50€ de GP3A et 31.525€ du Département) et les ventes et prestations réalisées par la M.J.C (137.233,53€).

Non comptabilisées, les contributions volontaires de la commune de Bégard – bâtiment principal, chauffage, électricité, eau, personnels de ménage, locaux de l'école maternelle ou primaire, garderie, restaurant scolaire – de Pédernec, avec le centre de loisir des vacances d'hiver et quelques autres locaux mis à la disposition de la M.J.C pour des animations décentralisées sur d'autres communes… représentent un total évalué à 44.000€.

… mais la prochaine sera déficitaire.

Avec 14.000€ de remboursement en moins au titre des CAE, quelques dépenses supplémentaires pour fêter dignement les 50 ans de la M.J.C et le recrutement, à compter d'avril de Nathalie Courseaux, la secrétaire actuellement en CAE jusqu'au 31 mars 2018, le résultat 2017/2018 devrait être déficitaire de 7.522€.

C'est là que le député Yannick Kerlogot qui intervient pour annoncer qu'il a réussi à faire maintenir 27 CAE sur le département, dont un pour la M.J.C, devient un peu le Père Noël qui rate la cheminée de la M.J.C ! En effet, pour pallier la disparition annoncée des contrats aidés, le Conseil d'Administration de la M.J.C a pris ses dispositions et mené les démarches ad hoc pour intégrer sa collaboratrice actuellement accompagnée par l'un de ces dispositifs et il n'y aura pas de retour en arrière, la volonté de la M.J.C étant, autant que faire se peut, de pérenniser les emplois et notamment de ses collaborateurs permanents.

Bilan des activités…

Sur les 970 adhérents de la M.J.C en 2016/2017 – ils étaient 928 en 2015/2016, 907 en 2014/2015 – 6 sont des associations, 39,3% sont dans la tranche 6-11 ans, 11.9% dans la tranche 12-15 ans et 38,4% ont plus de 19 ans. Bégard est la commune la plus concernée avec 430 adhérents ; Les autres communes de l'ancien Pays de Bégard comptent 267 adhérents et 87 viennent d'autres communes de GP3A tandis que 179 viennent du territoire de Lannion Trégor Communauté.

Le rapport remis aux participants liste ensuite les activités menées durant l'exercice comptable passé. Il y en a eu pour tous, réparties en plusieurs catégories : forme et bien-être, pratiques artistiques, langue et art de vivre et pratiques sportives. Il y en a eu pour la jeunesse : des séjours - ski, surf et parc Astérix – des stages – photo et secourisme – mais aussi des activités dites "de consommation" telles que rafting, paint-ball, accrobranche, laser-game, bowling, cinéma, etc. Il y en a eu pour l'enfance avec l'Accueil de Loisir Sans Hébergement (ALSH), les séjours estivaux, Cap Sport, les sorties familles et le Livr'Ambul. Il y en a eu pour la tête et les yeux de chacun avec des expositions, des concerts, des animations et des spectacles, du cinéma-débat, des marionnettes… bref, une offre culturelle à large spectre.

et perspectives

En perspective, du côté des jeunes, le local jeune – ouvert le mercredi et le samedi de 14h à 18h en période scolaire et aux mêmes horaires, mais du lundi au samedi pendant les congés - est l'objet de toutes les attentions de Florian Boscher qui a pour mission de relancer l'activité de ce foyer équipé d'une télé et de jeux. Des projets se mettent en place actuellement – création d'un "pocket film" et d'un court métrage en "stop motion" – qui pourraient déboucher sur la création d'un club vidéo/ciné. Un atelier de réparation de vélo est également en train de voir le jour, les boîtes à livres devraient renaitre et l'objectif est aussi de rendre les jeunes, acteurs de la vie locale en participant à certains évènements tels que « Palacret, fais-moi peur » (NDLR : Ce fut le cas cette année) et la prochaine soirée électro de Gwallspered. Et pourquoi pas… un Conseil de jeunes sur la ville de Bégard ?

Pour l'enfance, Vincent Merau aimerait relancer le « Carna'bal à Bégard » en partenariat avec Gwallspered et moyennant un travail en amont fait auprès des écoles. Il aimerait aussi monter des ateliers d'expression - corporelle, plastique, artistique, épistolaire - dans les écoles du territoire.

Pour ce qui est de la culture, Céline Hagimont, aidée de Julie Tircot qui en a été l'animatrice l'an passé, étudie le moyen de pérenniser le cycle des "petites conférences sans prétentions", lesquelles, si elles étaient sans prétentions, n'en étaient pas moins tout à fait instructives. Pour l'heure, dans l'Esp'art de la MJC, une exposition de dessins de presse de Marcel de la Gare, intitulée "Tout va de traviole" est visible jusqu'au 9 février 2018 et les mercredi 20 décembre et jeudi 21 décembre prochains, tous les enfants du territoire pourront assister à une représentation de « Ego le cachalot et les petits bulots » de David Delabrosse. Le samedi 10 février, la M.J.C accueillera les « Mémoires d'un âne » de Jean Kergrist ; En avril, dans le cadre du festival Pas Sages, avec GP3A et en partenariat avec le réseau « Au fil de l'eau », dans la salle de la M.J.C sera donné « Lettres jamais écrites », un spectacle créé en janvier 2017 par la Cie « Hippolyte a mal au cœur » dirigée par Estelle Savasta.

Partagez cet article