GP3A – Conseil d'Agglomération – La LGV ne doit pas être un aspirateur de ressources

Date de l'évènement: 
Mardi, 26 Septembre, 2017

Mardi 26 septembre (2017), lors du Conseil d'Agglomération présidé par Vincent Le Meaux, la desserte ferroviaire du territoire a de nouveau fait une halte en gare communautaire, car, comme le craignait le Président lors de la signature le 30 mai dernier de motions sur ce sujet – l'une pour demander à le SNCF l'amélioration des ...

... services en gare de Guingamp et la refonte des horaires dans le sens demandé par ses usagers, l'autre pour demander l'amélioration des services, notamment en termes d'horaires qui ont été décallés du fait du TGC Bolide qui part de Brest vers Rennes sans s'arrêter en gare de Guingamp (NDLR : Voir Aménagement – Faut-il rouvrir la bataille du rail ? ) – non seulement elles sont restées sans effet mais en plus, des dessertes sur la ligne Guingamp-Paimpol et Guingamp-Carhaix ont été supprimées, telles celles de Pontrieux, Squiffiec, Carnoët ou encore Pont-Melvez.

Une nouvelle motion est donc mise en délibération pour demander à la SNCF de "revoir sa décision et de prendre en considération les attentes des usagers des lignes Guingamp-Paimpol et Guingamp-Carhaix dans l'élaboration des grilles horaires et leur exploitation au quotidien" et au Conseil Régional, "de défendre fermement l'intérêt du service public ferroviaire sur ces lignes dès lors que l'activité existe, que le potentiel touristique est là et que les jeunes étudiants, lycéens, collégiens, séniors et résidents des communes desservies ont besoin de ce service pour leurs déplacements".

(NDLR : Voir la motion dans son intégralité ICI)

Pour Rémy Guillou qui donne une autre lecture, "cette motion vient dans la droite ligne des deux motions qu'on a votées au printemps sur la modification d'horaires imposée par la SNCF du fait de la LGV(1) qui rend quasiment impossible, pour certaines personnes, l'utilisation des transports en commun, notamment le TER, pour aller, soit à l'école, soit au travail". Pour lui, "la priorité absolue de la SNCF, c'est de mettre Guingamp à 2h34 de Paris en oubliant que ce qui est aussi important pour notre territoire, c'est que les gens puissent utiliser les transports ferroviaires pour leurs déplacements locaux". Il constate que sur la ligne Guingamp-Carhaix, une série de haltes sont oubliées, dont Carnoët, la porte de la vallée des Saints, et qu'avec la nouvelle grille horaire de septembre, les haltes de Pontrieux et Squiffiec ont été oubliées. "Les jeunes qui prenaient le train pour aller à l'école vers Guingamp, ou vers Paimpol ou vers Guingamp-Carhaix, dans les deux sens n'ont plus la possibilité de le faire. Une nouvelle grille horaire est en cours de préparation et il est fondamental que nous obtenions de la SNCF qu'elle permette à ces gens de réutiliser les transports ferroviaire". Il rappelle que le pôle multimodal de Guingamp permet d'avoir accès aux bus, aux transports urbains, avec des horaires calés sur les horaires de train et qu'en déplaçant de 10 minutes les horaires du TGV, les liaisons ne se font plus. "Les horaires ont été fixés arbitrairement depuis Paris uniquement dans la logique de la LGV" conclut l'élu.

Michel Raoult, Yannick Le Bars, Didier Robert, Jean-Claude Béguin, Marie-Thérèse Scolan interviennent ensuite dans le débat, l'un pour demander que GP3A(2) se mette en rapport direct avec Gérard Lahellec, le 3ème vice-président chargé des transports au Conseil Régional Bretagne – "c'est le seul interlocuteur valable pour trouver des solutions" – l'autre pour demander que la motion fasse état des investissements faits par le territoire, notamment pour remettre la ligne Guingamp-Paimpol en état, l'autre pour ne pas citer que Carnoët, mais aussi la Vallée des Saints - mais c'est déjà le cas – et la dernière qui préconise des actions fortes à défaut d'obtenir les arrêts souhaités : "Je propose que l'on manifeste et que l'on bloque le train", ce qui lui vaudra un trait d'humour qui implique Jacques Mangold - qui n'avait exceptionnellement rien dit (!) - de la part du Président : "Il y a l'esprit soixante-huitard de Jacques Mangold qui se répand…" ; "Je n'avais pas besoin de Jacques Mangold pour avoir cet esprit soixante-huitard" répond-t-elle. Plus sérieusement, Vincent Le Meaux met en garde les élus sur ce genre d'action : "Aller sur la ligne renvoie à des responsabilités juridiques et pénales très fortes".

En signalant que sur les liaisons Brest-Morlaix, le même problème est rencontré – "certains choisissent de retourner travailler à Brest Métropole, les horaires de train ne correspondant plus à leurs attentes" – Emmanuel Lutton pose le débat sur la problématique économique de ces dysfonctionnements, ce qui fait réagir Annie Le Houérou : "les lignes captent les emplois vers les grandes structures, comme Rennes ou Saint-Brieuc ; Il y a de plus en plus de gens qui partent de ce territoire le matin pour aller travailler et qui reviennent le soir. La fermeture des services publics est un bon exemple ; Il y a un profond problème d'aménagement du territoire et il faut que l'on se batte pour maintenir les services publics, pour maintenir et développer l'emploi sur notre territoire, pour accompagner ce développement et pas seulement de pomper les ressources de ce territoire pour aller vers Saint-Brieuc ou Rennes". "C'est vrai que ces lignes à grande vitesse ont tendance à aspirer les gens vers les grands centres, modère Rémy Guillou, mais inversement, je constate aussi que ces transports permettent à un certain nombre de personnes, avec leur famille, de rester sur notre territoire en allant travailler ailleurs. Si ce n'était pas le cas, elles quitteraient notre territoire".

"Il faut que ce train aménage le territoire plutôt que d'être un aspirateur de ressources, conclut Vincent Le Meaux ; C'est un enjeu majeur et le schéma régional de développement et d'aménagement durable du territoire est déterminant. Notre travail va aussi être à ce niveau régional ; Le PLUi(3), le PLH(4) et tout ce qu'on a évoqué ce soir est important pour aménager et développer notre territoire, mais il y a des enjeux au niveau région. Il va falloir que nous soyons forts et actifs pour défendre nos intérêts et j'espère que le travail va se mettre en œuvre de façon efficace et efficiente dans les commissions et en lien avec communes" (NDLR : Dans un prochain article, nous parlerons cet aspect d'aménagement du territoire qualifié de "révolution" par le Président).

Visualiser la motion telle que présentée lors du Conseil d'Agglomération ICI

-----------------------------------------------------------------------

Notes – (1) LGV : Ligne à Grande Vitesse – (2) GP3A : Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération – (3) PLUI : Plan Local d'Urbanisme Intercommunal – (4) PLH : Plan Local de l'Habitat

Partagez cet article