Bégard – Cérémonie pleine d'émotion pour l'inauguration de la place Gérard Le Caër (Vidéo)

Date de l'évènement: 
Samedi, 26 Mai, 2018

Samedi 26 mai (2018) – Le maire défunt, Gérard Le Caër, l'avait tant espéré, tant impatiemment attendu, tant rêvé sans doute, que l'inauguration de la nouvelle place du centre, malgré son absence, n'a pas pu se faire sans lui. Un paradoxe direz-vous ? Non ; Il était vraiment là ; Dans la mémoire de chacun des quelques 250 à 300 personnes qui sont venues, ...

... dans le cœur de son épouse, de ses enfants et de ses petits-enfants présents, sur les quelques photos parmi les quarante installées dans le jardin du curé, prises de septembre 2016 à Octobre 2017 pour mettre en valeur le travail des hommes par qui la transformation s'est faite, sur la vidéo projetée durant l'évènement et qui enchainait 92 états de la place captés depuis le haut de l'église [NDLR : Voir lien en fin d'article], sur la plaque que ses petits-enfants ont dévoilée et sur laquelle il est écrit : «  Place Gérard Le Caër (1956-2018) / Maire de Bégard 2008-2018 / Maire adjoint 1983-2008 / Conseiller Général des Côtes d'Armor - Vice-président en charge de l'Education et des collèges 2008-2015 / Directeur de l'Ecole publique de Trézélan 1988-2008 ».

La place du Centre est donc devenue « Place Gérard Le Caër ». "C'est un moment important dans l'histoire de la ville de Bégard, a dit Vincent Clec'h, le nouveau maire ; Le Conseil Municipal a souhaité rendre hommage à Gérard en renommant la place : « Place Gérard Le Caër », en accord avec sa famille que je remercie d'être présente aujourd'hui, entourée de nombreux amis de Gérard".

Gérard Le Caër, l'avait tant espéré, tant impatiemment attendu, tant rêvé sans doute, que cette place ne pouvait pas ne pas porter la devise du philosophe Alain, qu'il avait utilisée lors de ses derniers vœux de nouvelle année, de cette année : « Aucun possible n'est beau. Le réel seul est beau ». Elle complète les inscriptions de la plaque.

Sous un ciel qui a eu la pudeur et le gentillesse de retenir ses larmes, ce fut donc une inauguration pleine d'émotion, mais aussi de légèreté. L'harmonie de Guingamp dirigée par Yannick Lautrou a tout d'abord joué « Abula » ; "C'est une marche d'Oscar Tschuor que Gérard aimait bien écouter avec l'harmonie de Guingamp" révèle Yvan Bourdon, l'adjoint aux sports qui a pris les habits de maître de cérémonie pour la circonstance. Alain Samson, le directeur des Services techniques communaux a pris ceux de guide en entrainant le Préfet - Yves Le Breton – Le Sous-Préfet - Frédéric Lavigne - le Vice-Président du Conseil Régional - Thierry Burlot -  le président de GP3A(1) - Vincent Le Meaux - les Conseillers Départementaux - Cinderella Bernard et Joël Philippe - des élus du territoire dont Philippe Le Goff,  le maire de Guingamp, Samuel Le Gaouyat, le maire de Pontrieux, Dominique Pariscoat, le maire de Tréglamus [NDLR : Pardon pour ceux que nous oublions], les maires ou leurs représentants de l'ancien territoire du Pays de Bégard, des élus de la commune, des commerçants, des représentants des entreprises titulaires des marchés, des employés municipaux, les artistes auteurs des sculptures – Pierre-Marie Clavier, Jacques Dumas et David Puech - et de nombreux citoyens, même si l'on peut regretter qu'ils n'aient pas été si nombreux que cela ; Il faut dire que Bégard était aussi en vedette sur les terrains de foot de la Coupe Ange-Lemée du côté de Dinan et de Plélan-le Petit pour la coupe Tricot des U19.

Après une halte dans le jardin du curé, ou Vassili Olivro, le conteur de Louargat, a narré, avec humour, quelques légendes et contes ponctués par une morale contemporaine, l'école de musique des trois rivières, guidée par Roland Pignault à la guitare, a accueilli le groupe au retour de sa visite avec quelques chansons, dont une de U2 intitulée « With or without you » - très jolie attention portée à ce moment... Avec ou sans toi... - et une autre puisée dans le répertoire gospel. Eclectisme et modernité que l'on retrouvera autour du verre de l'amitié avec les animations musicales de l'harmonie de Guingamp, du groupe Bear Men (chansons d'inspiration bretonne et irlandaise) et du jazz-band de Yann-Guitrec Le Bars, de l'école de musique du Trégor.

Le 26 mai : une date doublement symbolique

Il y eut aussi le temps des discours... Celui d'Arlette Offret tout d'abord, l'adjointe à l'urbanisme et à l'environnement, qui a souligné le caractère doublement important et symbolique du moment : "Cette date du 26 mai, nous ne l'avions pas choisie par hasard : ce 26 mai, c'est le 225ème anniversaire de notre commune, née de la révolution française le 26 mai 1793.  Bégard est fille de la république ; Elle porte en elle les idées généreuses d'émancipation, de liberté, d'humanisme, de progrès. Bégard est une commune rurale et si, quand on parle de ruralité, c'est souvent avec nostalgie, le monde rural est aussi un monde qui s'inscrit dans la modernité. Bégard est une ville moderne et dynamique tout autant tournée vers l'avenir que soucieuse de sauvegarder tout ce qui témoigne du passé". Elle rappelle, que cette rénovation était inscrite dans le dernier programme électoral de la majorité communale, avec pour objectif principal, de redynamiser le commerce ; "C'est un gage de qualité, de cohérence sociale, de développement économique local. Nous voulions aussi donner d'avantage d'espace aux piétons". Elle remercie les riverains pour leur patience et leur compréhension face aux désagréments des travaux et notamment lors du creusement de ce trou "qui a fait couler de l'encre et développé l'imaginaire des passants" et qui n'était qu'un bassin de 800m3 destiné à la rétention des eaux pluviales afin d'éviter de possibles inondations en aval de la ville. Elle détaille les différents aménagements – le parking de 40 places en bas, la partie haute piétonnière et arborée, avec sa fontaine-statue, le panneau d'affichage électronique, la borne de rechargement électrique fournie par le SDE(2) et le pourtour de l'église aménagé en jardin du curé, les sculptures taillées dans les cyprès abattus – et elle conclut, d'une voix tremblante d'émotion : "J'espère que nous avons su donner à cette ville un endroit convivial, chaleureux et accueillant où on aura du plaisir à vivre et à venir".

Du centre-ville au cœur de ville...

Pour Vincent Clec'h, le maire, ce moment est doublement important, d'une part, parce que le Conseil Municipal a souhaité rendre hommage à Gérard Le Caër en renommant la place, "en accord avec sa famille que je remercie d'être présente aujourd'hui, entourée de nombreux amis de Gérard" et d'autre part, parce que le Conseil a eu la volonté de respecter la volonté du maire défunt qui voulait que cette inauguration soit un moment important dans l'histoire de Bégard, mais aussi un moment de convivialité en réunissant tous les acteurs de cette réalisation et toute la population. "Qu'il était fier de ces travaux qu'il a suivis au jour le jour, avec une attention très impliquée et même très personnelle". "Cette ambition et cette vision de transformer le centre-ville en cœur de ville a débuté en 2003 avec les études prospectives de l'architecte Philippe Madec, poursuit le Maire ; Réfléchir au Bégard de demain... L'une des propositions était de repenser les places et c'est, dès 2011, avec la création de la place du Lavoir en lieu et place de l'ancienne caserne des pompiers que ce vaste programme de rénovation urbaine a commencé". Ensuite, ce fut la place de la république et sa halle inaugurée par Gérard Le Caër le 14 juillet 2013 [NDLR : Voir Place de la République – Une inauguration placée sous le signe de l'équilibre] et selon Vincent Clec'h,  le symbole de cette volonté d'un cœur de ville, c'est la place Gérard Le Caër. "Gérard Le Caër avait voulu associer des valeurs d'humanisme, de paix et d'amour, ce qu'illustre la statue des amoureux. Merci à Gérard d'avoir été notre capitaine et de nous avoir montré le cap". Pour lui, cette place est une place environnementale -  bassin de rétention, éclairages faible consommation, béton drainant, végétalisation d'un espace trop minéralisé, borne de recharge électrique, liaisons douces pour les personnes à mobilité réduite – mais c'est aussi un vecteur de développement économique. "Nous avons la chance d'avoir un cœur de ville dynamique avec un nombre important de commerces de proximité qu'il faut sans cesse conforter et maintenir. La rénovation de la place va jouer son rôle d'attractivité pour les commerces sédentaires mais aussi pour les commerces du marché du vendredi matin. Les places de parking sont gratuites". Il dit sa fierté et remercie les personnels communaux et plus particulièrement Héléna Denis-Pesrotel, la Directrice Générale des services - "qui a coordonné l'ensemble des services municipaux qui se sont investis dans cette réalisation" -  et le Directeur des Services Techniques, Alain Samson, "qui a assuré avec ténacité et savoir-faire et en régie, la maîtrise d'œuvre et ce n'est pas rien je vous assure", puis de conclure sur ce point  : "C'est la preuve que pour des services publics de proximité de qualité, il faut des agents territoriaux compétents, motivés et investis de leur mission de service public"..

Il parle ensuite d'argent : 2,3 M€ pour les trois places ; 1,370 M€ pour la place Gérard Le Caër avec 670.000€ de subventions, soit 49% de l'investissement et remercie les financeurs, le Département (165.753), la Région (100.000) et l'Etat (404.920€). "En 2017, c'est Bégard qui a obtenu la plus grosse DETR du Département" dévoile-t-il.

Il inscrit la rénovation de cette place dans un vaste mouvement de rénovation urbaine de la ville de Bégard, avec le collège (Département pour 11 M€), la résidence Kreiz-Ker (Côtes d'Armor Habitat pour 3,3 M€), l'hôpital du Bon Sauveur qui a engagé un programme pluriannuel de rénovation de ses services (8.8M€) et Côtes d'Armor Habitat qui va détruire et reconstruire tous les logements sociaux (44 en tout). "Pour accompagner ces investissements partenariaux, Bégard va lancer en 2018 les travaux d'une médiathèque (1,2 M€) et un programme important de rénovation des espaces publics autour des logements sociaux, de la médiathèque et du collège (1,6 M€), ajoute Vincent Clec'h qui conclut son intervention avec optimisme : "Nous souhaitons inscrire Bégard dans un avenir où il fera bon vivre, travailler, élever ses enfants, se divertir et bien vieillir. Vive Bégard !".

Art et politique pour la Conseillère Départementale

La Conseillère Départementale, Cinderella Bernard, qui a reçu délégation du Président du Conseil Départemental, Alain Cadec, parle à son tour de Gérard Le Caër - "il se disait mon parrain politique et je le considérais comme tel "- et aussi de politique en rappelant ce que le maire défunt définissait comme étant un certain "cap à gauche" et en évoquant la manifestation du matin même à Guingamp contre la fermeture de la maternité [NDLR : Voir La fermeture de la maternité de Guingamp déclenche un tsunami rouge et noir]. Elle parle ensuite de culture, de la Fontaine des Amoureux qui trône sur la place - "Cette statue et les sculptures qui habillent le pourtour de l'église, invitent à la promenade ; Elles sont une motivation joyeuse. Quoi de plus agréable que d'investir pour la culture et d'illustrer par l'art une forme d'éducation populaire... - et encore de politique - ...comme un clin d’œil aux valeurs progressistes, humanistes et communistes qui animaient Gérard, soutenu par son équipe" - puis elle clôt son propos avec douceur et poésie : "Il ne me reste qu'à souhaiter avec vous, que l'art qui s'est invité sur cette place et autour de l'église, et la mémoire de Gérard, fassent jaillir nos plus beaux sentiments, nos plus belles émotions, chaque fois que notre regard s'y promènera".

"Un bel exemple de ruralité vivante et dynamique"

C'est au nom du Président du Conseil Régional qu'intervient ensuite Thierry Burlot, le vice-président en charge de l'Environnement. "Gérard m'avait confié la date de cette inauguration et pour rien au monde il n'était question pour moi de ne pas être présent [...] Je voudrais vous dire ma fierté d'avoir soutenu ce projet en termes de financement compte tenu de la qualité des travaux réalisés. C'est assez exceptionnel en matière de revitalisation d'un centre-ville". Pour lui, cette opération est importante à l'heure où les territoires ruraux traversent des difficultés ; "Il faut se rappeler que le centre, c'est la force. Le centre c'est l'unité, le lieu de retrouvailles, de partage, de solidarité et vous savez que nos communes, ces dernières années, ont trop souffert de leur étalement ; Retrouver la centralité, c'est retrouver du bien vivre ensemble, du bien-être et l'envie de prospérer dans nos territoires ruraux". "Au moment où nos territoires sont en souffrance, où certains, dans certaines capitales, imaginent le développement du territoire par la métropolisation, poursuit-il, je voudrais vous dire que vous êtes un bel exemple de ruralité vivante et dynamique. Ces territoires que nous représentons, ont le droit, aussi, au développement économique, social et culturel".

Pour conclure, Thierry Burlot évoque Gérard Le Caër – "Chaque fois que j'ai eu l'occasion de croiser cet homme, j'ai eu le sentiment de quelqu'un qui se donnait à la cause publique, par conviction, avec humilité et simplicité, par envie de transmettre ses valeurs de rassemblement, d'unité" – et dit sa fierté de voir cette place porter son nom désormais. "Ce travail résonnera longtemps pour vous les Bégarrois, mais aussi pour nous quand nous viendrons vous voir et j'espère, comme l'a dit le conteur tout à l'heure, que les arbres de cette place sauront ouvrir leur cœur et que l'ombre ou le cœur de Gérard planera longtemps sur cette place".

"Une cérémonie émouvante, digne et forte"

"Depuis ma prise de fonction, déclare le Préfet Yves Le Breton à qui est revenu le soin de clôre le temps des discours, j'ai eu l'occasion de rencontrer Gérard Le Caër. C'était un homme de conviction, d'opinion, qui était décidé à défendre les intérêts de son territoire et je me souviens - c'est la dernière fois que je l'ai vu - il m'avait parlé des travaux en cours et nous étions convenus que je serais présent lors de cette inauguration". Selon le Préfet, ce projet était la marque du maire défunt : C'était son projet, "le projet d'un maire attaché à sa commune, attaché à soutenir et à promouvoir son attractivité, à soutenir l'économie locale", et pour conclure, il se dit "frappé et ému" par la qualité de cette cérémonie et par la place prise par la musique. "C'est une cérémonie émouvante, digne et forte, qui rassemble, réunit et qui donnera à cette journée une tonalité toute particulière".

 

 

-------------------------------

NDLR : Durant la cérémonie, une vidéo montrant 92 états de la place pendant les travaux, avec quelques plans pris sur le chantier, était projetée. Pour voir cette vidéo, cliquez ICI.

NDLR : Une exposition de photos prises pendant les travaux de la place était présentée dans l'espace aménagé en jardin du curé. Une grande partie de ces photos sera visible en juin dans l'espace Paul Le Bars (Hall d'accès au magasin Plassart)

--------------------------------------------------------------------

Notes – (1) GP3A : Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération – (2) SDE : Service Départemental de l'Energie

Partagez cet article