Bégard – Pierrot Martin, Chevalier de la Légion d'Honneur pour 50 ans de bénévolat

Date de l'évènement: 
Vendredi, 16 Mars, 2018

Vendredi 16 mars (2018), dans la salle des cérémonies de la mairie, devant une soixantaine d'amis – responsables d'associations commémoratives et sportives, porte-drapeaux, élus, membres de la famille - Pierre Martin, dit Pierrot, s'est vu épingler la Croix de la Légion d'Honneur qui lui a été attribuée par décret ...

... du 30 décembre 2017. "Fondée par Napoléon Bonaparte en 1802, rappelle le maire Vincent Clec'h, la Légion d'Honneur est la plus élevée des distinctions de la Nation Française. Elle compte aujourd'hui 93.000 membres récompensés pour leurs mérites éminents au service de la Nation".  Seize (16) Bégarrois ont ainsi reçu cette distinction ; "Le premier est Pierre Perron, maire de Bégard, décoré de la Croix de la Légion d'honneur en 1924", précise Vincent Clec'h qui ajoute : "Dans cette liste qui mériterait d'être contrôlée plus avant, n'apparait qu'une seule femme ! On est loin de la parité". Cette femme se nomme Hilda Hascouët

C'est au Président de la Légion d'Honneur du secteur de Guingamp, Patrick Pierson, lui-même membre de la distinction, qu'est revenu le soin d'accrocher l'insigne au revers de veste de Pierre Martin ; Mais avant, dans le strict respect du décorum en la circonstance, il a tracé le parcours du récipiendaire, exposé ses valeurs et ses engagements et les mérites éminents pour lesquels il est distingué. "Une vie bien remplie comme la vôtre présente plusieurs facettes, entame Patrick Pierson ; Je vais en décrire deux ; Celles qui vous valent la reconnaissance de la Nation".

Patrick Pierson (Président de la Légion d'Honneur) : Actions pour les jeunes et le devoir de mémoire

La première, ce sont ses nombreuses activités de bénévolat auprès des jeunes. Depuis 55 ans. "Il faut dire que votre profession – Professeur d'Education Physique et Sportive - vous y destinait. Vous fûtes le créateur du club de handball de Quintin en 1962"… et de poursuivre avec une longue liste de fonctions : Entraineur 2ème degré, membre du Comité Départemental de la Commission Régionale des Officiels et responsable des cadets départementaux de 1962 à 1972, membre du Conseil d'Administration de la M.J.C à son arrivée sur Bégard, créateur du club de canoë/kayak, membre du CS Bégard, responsable des minimes de 1970 à 1975, créateur du club de l'AL Athlétisme en collaboration avec Paimpol et officialisation en 1982 de la section locale… "En 1986, partisan des regroupements de clubs et afin d'étoffer les structures, vous créez le Trégor Goëlo Athlétisme avec 450 athlètes… Ce n'est pas négligeable et en assurez la présidence durant 15 ans. Sous votre direction, le club accède en National 2 !". Mais il a aussi été entraineur national 3ème degré – "vous consacrez chaque semaine, de 1964 à 2001, des dizaines d'heures au service des jeunes et de l'athlétisme" – et juge arbitre depuis 1985 – "et depuis cette date, vous passez vos week-end sur les stades départementaux, régionaux, nationaux et même plus, puisque vous avez participé au mondial d'athlétisme de 2003 de Paris en tant que juge arbitre course" – et président des Officiels de la Ligue de Bretagne durant 8 ans – "en charge de la formation, du recyclage et du suivi de 450 juges régionaux et fédéraux" – et Président des Officiels du Département pendant 6 ans, "pendant lesquels vous avez formé une soixantaine de juges et assumé ainsi de nombreux championnats de France d'athlétisme en tant que directeur de réunion ou de responsable technique".

"Toujours disponible et doté d'un charisme qui fait l'unanimité à tous les niveaux et particulièrement auprès des jeunes, poursuit Patrick Pierson, vous avez été récompensé par les médailles de bronze, puis d'argent, puis d'or de la Jeunesse et des Sports et reçu en 2008 la médaille d'or de la Fédération Française d'Athlétisme". Mais il est aussi titulaire de la médaille de la ville de Bégard, de celle du Conseil Départemental et, "depuis le 1er janvier 2015, Officier dans l'Ordre des Palmes Académiques pour votre action auprès de la jeunesse".

"On peut dire que Pierre Martin est l'âme de l'athlétisme à Bégard, conclut Patrick Pierson ; Chaque dimanche et en semaine vous apportez vos conseils et votre amical soutien au club Bégarrois et à la piste d'athlétisme, votre idée, devenue réalité grâce au maire de cette période : Noël Bernard qui en avait compris tout l'intérêt pour les jeunes. Week-ends ou dimanches sur les stades, vous êtes le plus âgé des juges arbitres fédéraux actuellement en activité en Normandie et en Bretagne et peut-être même sur le territoire français".

La seconde facette que désire mettre en lumière le Capitaine de Vaisseau Pierson, c'est celle qui est en relation avec l'histoire, celle de la deuxième guerre mondiale et de la Résistance. "Vos recherches et vos activités dans ce domaine vous ont conduit à la prestigieuse présidence nationale des Amis de la Résistance, après que vous en ayez créé le comité départemental en 1997". En 2000, il reçoit 1.300 congressistes lors du Congrès national des anciens résistants qu'il organise à Saint Brieuc.  Il est l'auteur du livre "Bégard sous l'occupation" édité en 2007, "qui a permis à beaucoup de nos compatriotes de découvrir la vie locale lors de cette période noire et cela a nécessité, pendant 10 ans, nombre de recherches et de rencontres avec les derniers témoins de cette époque".

Membre du Conseil d'Administration du musée de la résistance de St Connan, il intervient dans les écoles primaires, les collèges, les lycées, pour expliquer ce que fut la guerre "et lancer un appel très fort pour la paix". Membre du bureau départemental des Palmes Académiques, de la commission mémoire et solidarité de l'ANACR(1), membre du jury et correcteur du concours national de la Résistance, ancien combattant en Afrique du Nord – "Quartier Maître dans la marine nationale, titulaire de la croix du combattant et du titre de reconnaissance de la Nation" –militant à la FNACA(2), président de la section locale de l'ANACR - "où vous avez relancé certaines cérémonies, comme le 27 Mai, la stèle de Louis Stéphan, le monument des Résistants à Saint-Brieuc" - mais aussi, comme dit en ouverture de ce paragraphe, "le plus important et certainement le plus prenant, vous êtes désormais, le Président national de cette association". Si l'on ajoute à tout ceci que lors de la dernière assemblée de l'UFAC(3) qui regroupe 47 associations nationales, il est élu vice-président, comme le souligne Patrick Pierson, "c'est donc une vie bien remplie au service des autres que je suis en train de décrire. Vous faites preuve d'un dévouement sans borne. Pour compléter la liste, avec votre épouse, vous êtes membres de Handicap International, de Action contre la Faim, Médecins du Monde, Chaine de l'Espoir et vous parrainez deux enfants de l'association Masnat" puis de conclure : "Vous avez bien mérité, de l'avis de tous ceux qui vous connaissent, la reconnaissance de la Nation que je vais avoir le plaisir d'épingler à votre veste".

Cinderella Bernard (1ère adjointe) : L'exemplarité du dévouement…

Pour Cinderella Bernard, la première adjointe, c'est le retour à la simplicité : Pierre Martin devient Pierrot et le "vous", "tu". Elle a une pensée pour le maire défunt, Gérard Le Caër – "il avait prévu de te mettre à l'honneur pour cette occasion" – et parle du Pierrot qu'elle connait, "et que d'autres connaissent depuis bien plus longtemps que moi" ; "Il n'est pas donné à tous de s'investir autant, pendant tant d'années, dit-elle, 50 ans de bénévolat, 55 ans auprès de la jeunesse, c'est admirable et cela nécessite d'avoir la santé… ce que tu as, puisqu'à ton âge, 81 ans, tu cours encore dans tout le département, certes pas à pieds, mais en voiture et il n'y a pas plus tard que quelques jours, tu étais encore à Paris dans le cadre de tes responsabilités à l'ANACR". Mais la santé n'est peut-être pas suffisante, ajoute Cinderella Bernard, il faut aussi avoir la motivation "et tu l'as gardée intacte au fil des années et voilà ce qui continue de guider ton action bénévole et ton engagement citoyen". Elle parle du fondateur du TGA(4) de l'Amicale Laïque – "car tu es un laïque convaincu et tu défends l'idée de rendre la pratique sportive accessible à tous et toutes, sans distinction" et de celui que l'on connait dans le canton de Bégard comme maître des cérémonies commémoratives "et même au-delà du canton" ; "C'est un rôle qui te tient à cœur car tu incarnes le devoir de mémoire" dit la première adjointe et tant qu'il y aura des hommes comme toi, des femmes aussi, à œuvrer au quotidien pour que vive la mémoire collective, alors on peut espérer garder la vigilance des gens au progrès". Selon l'élue, le déroulement des présidentielles a montré que les consciences évoluaient, "et nous devons être très attentifs et ne pouvons que te porter toute notre reconnaissance pour ton dévouement au travail de mémoire, d'éducation et de lutte contre l'ignorance" puis d'ajouter : "Tu reçois des mains de Patrick Pierson la plus haute distinction nationale, une distinction qui se veut respectueuse de l'égalité entre les citoyens ; Le symbole est fort et la médaille bien méritée" et de conclure : "Il n'est pas donné à tous les élus de remettre une légion d'honneur et en conclusion, je reprends les mots de Gérard, portés à ton intention lors de la cérémonie des vœux de janvier dernier : « Cette éminente distinction récompense l'exemplarité de ton dévouement en faveur du monde combattant, associatif. Haute récompense pour les milliers d'heures consacrées au bénévolat »" [NDLR : Cf § Les remerciements et félicitations de Vœux du maire : En 2018, il faudra faire face aux vents néfastes].

Yannick Kerlogot (député) : Seul le mérite doit être salué…

En reprenant à son compte le principe de simplicité adopté par la première adjointe, Yannick Kerlogot, Député de la circonscription, dit découvrir le territoire de Bégard : "une contrée, une terre que je n'avais pas l'occasion de parcourir ; Mais pour autant, j'ai pu mesurer que nous sommes dans un territoire d'engagement, un territoire où il y a des convictions, des valeurs qui sont défendues et ce soir, ces convictions, cet engagement sont incarnés par la personne de Pierre". Il parle ensuite du Président Macron… Du moins de son choix de reconsidérer les modalités d'attribution de cette médaille : "Le Président a souhaité une double révision de l'attribution de la plus haute distinction nationale et d'assumer de fait, une réduction du nombre de bénéficiaires". Pour le député Kerlogot, le principe qui guide ce choix est "que la Légion d'Honneur doit être accordée avec mesure, dans un équilibre qui lui permette d'alimenter sa vitalité et de cultiver son prestige" ce qui conduit à un respect plus strict des critères d'attribution et de ses valeurs fondamentales. "La Légion d'Honneur est décernée en tous domaines d'activités civiles et militaires, sans distinction d'origine sociale, de lien hiérarchique professionnel ou de sexe ; Elle a cette vertu républicaine de placer sur un pied d'égalité un soldat et un écrivain, un chercheur et une infirmière, un bénévole d'association et un industriel, un homme et une femme ; Seul le mérite doit être salué et celui-ci se mesure à l'aulne de l'intérêt général". Autrement dit, c'est l'engagement au bénéfice de leurs concitoyens et de la France, dans la durée, qui doit exclusivement caractériser les membres de la Légion d'Honneur. Ceci étant exposé, il conclut en s'adressant à Pierre Martin : "Tu fais partie de ces personnes considérées comme étant largement méritantes et à titre personnel, ce qui me touche en particulier, c'est cette volonté du devoir de mémoire. Félicitations".

Yannick Botrel (sénateur) : Important qu'il y ait des gens pour dire les choses…

"Je ne suis pas Bégarrois, donc je ne me permets pas de l'appeler Pierrot, mais maintenant que je sais que ça se pratique, peut-être qu'à l'avenir, je me permettrai" déclare Yannick Botrel, le Sénateur des Côtes d'Armor pour qui, comme pour Cinderella Bernard, "c'est une occasion rare d'assister à une cérémonie comme celle-ci et je n'en ai pas en mémoire". Des élogieux propos de Patrick Pierson, il retient les mots « engagement » - "Cinquante années d'engagement… Il y a un grand nombre de générations qui ont côtoyé Pierre Martin, qui ont été accompagnées, qui se sont développées à son contact et tout cela compte pour beaucoup" - et « charisme » - "On ne conduit pas une équipe, on ne conduit pas des hommes, on ne conduit pas des jeunes, si on n'a pas cette qualité, de façon innée. Il faut avoir cela en soi pour être capable de tirer les autres vers le haut, d'entrainer les jeunes, vers la citoyenneté en particulier" – mais il retient aussi l'expression « devoir de mémoire » : "Le devoir de mémoire est une notion qu'il faut approfondir car, il y a ici des témoins d'une période particulièrement noire qui a profondément marqué le territoire et les familles et la leçon qu'il faut en tirer, c'est que rien n'est gagné définitivement". Pour consolider ses dires, il évoque l'expression des nationalismes dont on entend parler aux actualités, dans un certain nombre de pays d'Europe et chez nous parfois et le danger que cela représente. "Aujourd'hui on se rend compte que l'histoire est un perpétuel recommencement et pas toujours en bien ! C'est important de dire, de redire ces choses, de les mettre en perspective et de les remettre en phase avec l'actualité". Puis il conclut, en s'adressant à Pierre Martin : "C'est important qu'il y ait des gens qui disent les choses et qui fassent passer des messages en ces circonstances ; Cette décoration est rare et prestigieuse et tu as été distingué pour tout ce que tu as pu apporter à tes concitoyens".

Pierre Martin (récipiendaire) : Je suis aussi ému car un homme nous manque…

C'est avec beaucoup d'émotion qu'intervient enfin l'homme objet de tous ces honneurs. "Ce serait mentir de dire que je ne suis pas ému, dit Pierrot Martin, et je suis aussi ému car un homme nous manque aujourd'hui, cet homme pour qui j'avais beaucoup d'amitié et d'estime. Gérard Le Caër qui nous as quitté il y a quelques semaines, était un de mes anciens élèves et il me disait souvent : « tu m'as appris à jouer au handball ». Qu'il sache que là où il est, nous avons une pensée pour lui".

Pierrot Martin se rappelle : "La dernière fois qu'un tel évènement s'est produit à Bégard, c'était au collège François Clec'h, en 1973. François Clec'h, le grand-père de Vincent Clec'h, a remis la croix de Chevalier de la Légion d'Honneur à Aristide Sicot, le principal du collège, grand résistant et créateur du réseau "Var" où il a accueilli François Mitterrand et bien d'autres français, anglais, américains, membres du réseau S.O.E en 1944". Aristide Sicot fut son mentor durant les 13 années où il a travaillé avec lui ; "Dévoué, humaniste, toute sa vie fut guidée par la défense des faibles et il m'encouragea dans toutes mes entreprises au service des autres. Il fut un bel exemple pour moi".

"Nous sommes tous l'image du bénévolat, déclare-t-il ensuite à l'attention de ses amis présents, que ce soit dans le monde de la solidarité, le monde combattant, le monde sportif, le monde des élus… La plupart sont sur la brèche depuis longtemps et chacun sait que nous ne ménageons ni notre temps ni notre retraite. La médaille que je reçois est aussi la vôtre car seul on ne fait rien". Il remercie le Préfet -  "qui a considéré que mes états de services méritaient d'être signalés à la grande Chancellerie" – et Emmanuel Macron, "qui a décidé de bouleverser le quota des attributions, guidé peut-être par le sentiment qu'il peut éprouver pour les personnes d'un certain âge, même si, pour ma part, c'est plutôt d'un âge certain qu'il s'agit" ; "Certains ont d'ailleurs été étonnés de ma promotion, ajoute-il, n'étant ni chanteur, ni footballeur". Ni acteur !

Il remercie ceux avec lesquels il travaille et qui sont dans la salle : Thomas Guillon - "l'un des derniers résistants des Côtes d'Armor, ancien combattant, syndicaliste" – Maurice Le Ny - "président de l'Union Fédérale, Départementale, membre du bureau national, président de l'UFAC, dont je suis vice-président" - et Joseph Got, "le président de la FNACA".  Il remercie aussi d'autres amis, Lucien Thomas - "le président du Pôle de l'Etang Neuf, le pôle de Saint-Connan que beaucoup de gens ne connaissent pas" – Pierre Lemaitre – "le président du district départemental d'athlétisme" – et François Lintanf, "le président de « Champ Tiers monde » et qui vient d'être nommé, à son grand étonnement, Chevalier du Mérite Agricole. Il a le poireau, comme les Gallois, sans doute pour ses compétences horticoles, mais il aurait mérité une autre distinction… Il faudra y penser".

Anecdotes, souvenirs, remerciements… dans son intervention, Pierre Martin aura au final plus parlé des autres que de lui-même, et c'est sans doute pour cela – "tirer les autres vers le haut, mettre en avant ceux qui se mobilisent pour améliorer la vie quotidienne de certains autres, pour le devoir de mémoire, pour éduquer et s'investir auprès de la jeunesse, pour amener un sourire sur le visage d'enfants ou de personnes dans le malheur" - qu'il a été récompensé de la plus haute distinction : La Croix de la Légion d'Honneur, avec son ruban rouge, "rouge... couleur qui reflète assez bien le temps que nous vivons, devant les crimes, les massacres de populations entières, que nous laissons faire" conclut-il après avoir remercié son épouse, son fils Laurent, légionnaire, sa fille Cécile , gendarme à Guingamp, sa famille et plus particulièrement son cousin François, de Ploubazlanec, présent à la cérémonie, "qui m'a considéré comme son frère à une époque où je dus être recueilli par ma tante, pour éviter l'orphelinat".

---------------------------------------------------------

Notes : (1) ANACR : Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance – (2) FNACA : Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie, Maroc et Tunisie – (3) UFAC : Union Fédérale des Associations de Combattants – (4) TGA : Trégor Goëlo Athlétisme

Partagez cet article