Bégard – Nouveau collège - Un atout majeur pour notre territoire et Bégard

Date de l'évènement: 
Vendredi, 16 Mars, 2018

Vendredi 16 mars (2018), c'est sous une pluie glaciale qu'a failli être posée la première pierre du nouveau collège François Clec'h… Failli, car elle eut le bon goût de s'effacer devant une éclaircie ensoleillée et de fait providentielle… Failli, car ce n'était pas vraiment la première pierre – les travaux ont débuté le ...

...10 juillet dernier [NDLR : Voir Les premières pierres du collège sont tombées] – et de plus, ce n'était même pas une pierre , mais un parpaing à poser sur un muret improbable. Bien entendu, c'était symbolique, et c'est le Président du Conseil Départemental, Alain Cadec, qui s'est attelé à la tâche pour concrétiser le symbole, armé d'une truelle, en posant la colle, puis la pierre, dans cet ordre-là bien entendu ! "Cette première pierre, j'aurais bien aimé la poser avec Gérard Le Caër et c'est donc en son nom que je vais le faire" dit Alain Cadec. Après s'être étonné qu'il n'y ait pas de marteau pour parfaire son œuvre – "En général, ici, il y a un marteau… et une faucille" taquine l'élu départemental à l'attention de ses homologues locaux – c'est à l'abri de la cafétéria que l'aréopage de personnalités se retrouvent pour les discours. Etaient présents, Magali Morvan, la principale du Collège, Pierre Béout de Nunc Architectes en qualité de représentant des maîtres d'œuvre, Vincent Clech, le maire de Bégard, Cinderella Bernard et Joël Philippe, les Conseillers Départementaux du canton de Bégard, Yannick Kerlogot, le député de la circonscription de Guingamp,  Brigitte Balay-Mizrahi, la vice-présidente du Département, en charge de l'éducation, et bien entendu le président déjà cité, mais aussi d'autres élus du territoire, les gendarmes, les représentants des personnels du collège, des parents et des élèves.

Magali Morvan : une expérience inédite

C'est à la Principale du collège que revient le privilège d'ouvrir le ban. "Nous avons investi en septembre une nouvelle configuration des locaux, qui a depuis évolué et va continuer de le faire jusqu'en 2019, qui sera marquée par l'occupation de nouveaux espaces". Même si elle avoue être à l'étroit, elle se dit fière d'être au cœur d'un projet "d'envergure, ambitieux, gratifiant" ; "Nous vivons au quotidien cette expérience inédite et nos 500 paires d'yeux suivent assidument l'élévation des murs et la progression du chantier". Elle n'oublie pas la "contributrice essentielle qui a participé aux réflexions préalables à la construction", Laurence Riehl, "qui, bien avant que les murs se montent, à parfaitement essuyé les plâtres, me garantissant ainsi une prise de fonction de chef d'établissement… et de chantier, très confortable". Elle conclut son propos en adressant ses pensées "reconnaissantes et émues" à Gérard Le Caër, "qui, nous le savons tous, a beaucoup agi pour ce collège et je sais combien il serait heureux et fier d'être avec nous".

Vincent Clec'h : un atout majeur pour notre territoire et Bégard

Pour le maire de Bégard, Vincent Clec'h, l'émotion est double ; Et personnelle tout d'abord : "J'ai été élève ici, voisin également et ce collège, inauguré le 30 septembre 1961, porte, depuis le 13 octobre de la même année, le nom de mon grand-père, François Clec'h". Emu aussi par l'absence de Gérard Le Caër, "le père du PPI(1) des collèges et qui a fait en sorte que le collège François Clec'h soit inscrit dans ce mandat de travaux importants pour nous : autour de 12 millions de travaux". Il rappelle qu'après l'aménagement des places de la ville pour 2.5 millions de travaux, après que Côtes d'Armor Habitat ait engagé 3 millions de travaux sur le Foyer Logement, "nous allons construire, dès cette année, une médiathèque pour un million d'euros et nous allons aménager les pourtours du collège - entre le collège, la médiathèque et les espaces publics de la ville - pour 420.000€ de travaux". Au travers d'un partenariat qu'il qualifie de "privilégié et intelligent", il met en lumière la "mutualisation des moyens" qui va permettre, avec la médiathèque et des parkings communs… "de faire de ce collège un atout majeur pour notre territoire et pour Bégard et ses alentours". Il remercie le Conseil Départemental et son Président "d'avoir tenu ses engagements sur ce collège" et concernant ce collège conçu pour 500 élèves, il formule le vœu, "qu'il soit victime de son succès et qu'on prévoit rapidement son extension".

Alain Cadec : un levier efficace pour rendre les territoires attractifs

"C'est un moment important pour un Président de Conseil Départemental que de poser la première pierre d'un collège" introduit Alain Cadec qui rappelle que le grand-père de Vincent Clec'h, a été maire de Bégard et Président du Conseil Général de 1947 à 1949. Il qualifie "d'exceptionnel" le fait de lancer les travaux d'un nouveau collège ; "Ca témoigne d'une volonté ferme de faire de l'éducation, une priorité pour la réussite de nos territoires et pour la réussite des jeunes Costarmoricains" et d'évoquer lui aussi Gérard Le Caër : "Cette idée, on la retrouvait chez Gérard, ancien vice-président du Conseil Général en charge de l'Education et à qui nous devons ce Plan Pluriannuel d'Investissement des collèges que l'on a conservé lorsque nous sommes arrivés aux affaires en 2015 et que l'on continue à suivre, car il était cohérent, bien organisé et réaliste". Il a une pensée émue, "pour cet homme qui défendait les territoires et qui défendait la ruralité" et de poursuivre : "Je pense que nous partageons au Conseil Départemental, une ambition identique. Nous sommes convaincus que le Conseil Départemental doit agir avec beaucoup de volonté pour nos nouvelles générations". Pour lui, c'est une question de "responsabilité collective […] Nous voulons une jeunesse épanouie, citoyenne et active… et tout commence ici, au collège, véritable lieu d'expérimentation et d'apprentissage [..] C'est au collège que l'adolescent se forme, se construit, en contact avec ses amis, ses professeurs et l'ensemble de la communauté pédagogique et administrative" et pour cela dit le Président du Département, il faut investir pour améliorer les conditions d'études des élèves grâce à des équipements modernes et adaptés aux enseignements de demain. "En 2018, 23 millions sont consacrés aux nouveaux collèges, 135 millions sur l'ensemble du mandat, dont 11 millions pour ce nouveau bâtiment" révèle Alain Cadec qui fait ensuite une revue des points de sa politique concernant l'éducation : aide à la restauration, contractualisation avec les collèges et la direction académique pour donner de la visibilité à long terme au chef d'établissement, plan numérique pour les collèges, nouveau PPI…

Dans ce nouveau Plan Pluriannuel d'Investissement, "nous y exposerons notre vision pour faire des Côtes d'Armor, un département exemplaire" annonce Alain Cadec. Et cette exemplarité, il l'entend de trois manières : environnemental – "nous avons besoin de bâtiments intelligents, économes d'un point de vue énergétique, inscrit dans une démarche de haute qualité environnementale"budgétaire – "en Côtes d'Armor, nous avons un véritable savoir-faire, de la conception à la construction" – et sociale – "nos investissements servent l'intérêt général ; Nous finançons l'économie locale, soutenons l'emploi et favorisons les chantiers d'insertion social et professionnel pour une intégration durable des personnes en recherche d'emploi".

Pour lui, le collège est un levier efficace pour rendre les territoires attractifs, "et notamment les collèges de nos territoires ruraux". "Notre ruralité prouve qu'elle est dynamique, poursuit Alain Cadec, comme ici à Bégard qui est une commune qui grandit". Selon lui, l'ambition du Département, par les actions menées et les collèges, est d'inventer une nouvelle ruralité face à la montée en puissance des métropoles. "Tout ne se passe pas à Paris et en métropole" lance Alain Cadec en interpellant le député Kerlogot pour qu'il passe le message, bien que ce dernier dise "ne pas partager".  "Moi, je partage… répond l'élu départemental, je partage ce que je dis, moi !".

Pour clore son propos, Alain Cadec cite Gérard Le Caër qui disait à propos d'éducation : "Il en va de notre avenir, de la société que nous voulons pour demain, que nous souhaitons épanouissante et optimiste pour nos enfants et les générations à venir" et de conclure : "C'est une première pierre, c'est la tienne cher Gérard !".

 -------------------------------------------------------

Notes : (1) PPI : Plan Pluriannuel d'Investissement

Partagez cet article